Ce pays niché dans le sud du continent compte trois biens culturels et deux naturels inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, que nous vous invitons à découvrir.
Les biens culturels

1. Les Monts Matobo

Le site classé depuis 2003 présente une profusion de formes rocheuses remarquables s’élevant au-dessus du bouclier de granit qui couvre la plus grande partie du Zimbabwe. Les grands blocs de roche offrent des abris naturels en abondance et sont associés à l’occupation humaine depuis le début de l’âge de pierre jusqu’au début des temps historiques, et de façon intermittente depuis lors. Ils abritent une collection de peintures rupestres exceptionnelles. Les monts Matobo demeurent un centre important pour la communauté locale qui utilise toujours les lieux sacrés et les sanctuaires en étroite liaison avec leurs activités traditionnelles, sociales et économiques.

Les Monts Matobo - Zimbabwé

Les Monts Matobo

 

2. Monument national du Grand Zimbabwe

Les ruines du Grand Zimbabwe, qui, selon une légende séculaire, aurait été la capitale de la reine de Saba, sont un témoignage unique de la civilisation bantoue des Shona entre le XIe et le XVe siècle. La ville, d’une superficie de près de 80 ha fut un centre d’échanges important, renommé dès le Moyen Âge. Le Monument national du Grand Zimbabwe classé en 1986 se trouve à une trentaine de kilomètres de Masvingo, dans le lowveld, à une altitude de quelque 1100m dans une région peu peuplée des Bantous/Shona. Le bien, construit entre 1100 et 1450, s’étend sur près de 800 ha et est divisé en trois parties : la ville haute, le Grand Enclos et les Valley Ruins.

Le Monument national du Grand Zimbabwe

Le Monument national du Grand Zimbabwe

3. Les ruines de Khami

Khami, qui se développa après l’abandon de la capitale du Grand Zimbabwe au milieu du XVIe siècle, présente un grand intérêt archéologique. Les objets originaires d’Europe et de Chine qu’on y a découverts montrent que la ville fut de longue date un carrefour commercial important. Le Monument national des ruines de Khami, classé lui aussi en 1986, est situé à l’ouest de la rivière Khami, à 22 km de la ville de Bulawayo. Le bien, situé au sommet d’une colline de 1300 m en aval d’un barrage construit en 1928-1929, couvre une superficie d’environ 108 ha et s’étend de façon discontinue sur environ 2 km de la Passage Ruin à la North Ruin.

Les ruines de Khami

Les ruines de Khami

 

Les biens naturels

1. Mosi-oa-Tunya / Chutes Victoria

Les Chutes Victoria/Mosi-oa-Tunya, sont le plus grand rideau d’eau du monde et constituent un site d’importance mondiale par leurs caractéristiques géologiques et géomorphologiques exceptionnelles et par la beauté incomparable des processus actifs de formation du sol qu’elles engendrent : embruns, brume et arcs-en-ciel. Ce bien transfrontalier s’étend sur plus de 6 860 ha et recouvre 3 779 ha du Parc national de Mosi-oa-Tunya (Zambie), 2 340 ha du Parc national des Chutes Victoria (Zimbabwe), 741 ha de la bande fluviale du Parc national du Zambèze (Zimbabwe). Une bande fluviale du Parc national du Zambèze s’étendant à l’ouest sur 9 km, le long de la rive droite du Zambèze, ainsi que certaines îles du fleuve, jusqu’aux îles du Palmier et de Kandahar, font pleinement partie du Parc – dont les Chutes Victoria sont l’un des centres d’intérêt majeurs. Les chutes d’eau classées en 1989 culminent à une altitude d’environ 915 m au-dessus du niveau moyen de la mer (AMSL) et ont une envergure d’environ 1 708 m de large sur une profondeur moyenne de 100 m – le point le plus profond se trouvant à 108 m. Les embruns vaporisés par cette gigantesque chute d’eau sont visibles à une distance de 30 km depuis la route de Lusaka en Zambie, et de 50 km depuis la route de Bulawayo au Zimbabwe.

Les chutes Victoria

Les chutes Victoria

2. Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore

Le site du patrimoine mondial du Parc national de Mana Pools, Aires de safari Sapi et Chewore est un site au paysage et aux processus écologiques spectaculaires. Protégé par le Zambèze au nord et par le relief abrupt de l’escarpement (qui s’élève à plus de 1 000 mètres au-dessus de la vallée) au sud, ce bien classé en 1984 s’étend sur 676 600 hectares, abrite d’immenses congrégations de populations de grands mammifères d’Afrique qui se concentrent dans ses plaines inondables. Les « Mana Pools » sont d’anciens lits du Zambèze et les processus géologiques en cours sont un bon exemple d’érosion et de dépôt par un grand fleuve saisonnier où la succession de la végétation sur les dépôts alluviaux se dessine clairement. Si le rhinocéros noir a disparu depuis l’inscription du bien, d’énormes troupeaux d’éléphants et de buffles, suivis du zèbre, du nyala et de beaucoup d’autres espèces d’antilopes et de leurs prédateurs, comme le lion et la hyène, migrent chaque année dans la région pendant les mois d’hiver au climat sec. Le fleuve est aussi réputé pour son grand nombre d’hippopotames et de crocodiles du Nil. Une abondante avifaune permet d’observer plus de 450 espèces répertoriées d’oiseaux résidents et migrateurs.

Mana Pools

Mana Pools

En attendant de peut-être vous y rendre très bientôt, retrouvez tous nos articles sur le Zimbabwé, par ICI