Voici une activité qui plaira aux grands amateurs d’aventures et de challenges.

J’ai eu l’occasion, lors d’un de mes déplacements au pays, de participer à cette grande aventure qu’est l’ascension du Mt Cameroun. Pourtant originaire du pays, j’ai pendant très longtemps pensé que cette activité n’était réservée qu’aux compétitions de haut niveau, sans me douter qu’elle est également accessible aux touristes. En effet, la fédération camerounaise d’athlétisme organise chaque année au mois de Février une ascension du Mt Cameroun au pas de course, appelé la « Course de l’espoir ». Un peu comme le tour de France. C’est une course d’endurance d’environ 40 km pour 2500 m de dénivelé. Les meilleurs coureurs atteignent le somment en environ 4h30, et sont rentrés au bas de la montagne avant la tombée de la nuit.
Grâce au goût prononcé de l’aventure et du tourisme qu’a mon Père, j’ai eu la chance de découvrir cette merveille de mon cher pays. Malheureusement, peu de mes confrères connaissent la beauté de cette région là et le tourisme y est très peu développé.

Un peu d’histoire et de géographie pour commencer :
Situé dans la région sud-ouest du Cameroun, le Mt Cameroun est le plus sommet du Cameroun ; il culmine à 4100m d’altitude. C’est un volcan encore en activité, le seul et le dernier du pays. La dernière éruption volcanique date de Février 2012 et l’on dénombre 9 éruptions durant le 20e siècle. La région du sud-ouest est caractérisée par son sol noir et riche, conséquence de la présence d’un volcan en activité. Le sable des plages environnantes (dont celle de Limbé) est très fin et de couleur noire. L’on trouve dans les environs, la pierre ponce : un morceau de granit, de forme ovale, à la surface poreuse, qui est généralement utilisé pour se poncer la plante des pieds. Profitez du trajet en voiture pour en acheter car ils sont à très bons prix. Ils sont généralement vendus sur des étalages de fortune à même le sol, au bord de la route.

Pour accéder au Mt Cameroun:
Le plus simple et le plus court pour faire l’ascension du mont Cameroun est de partir de Buea (lire « Boya »). Prendre la direction de Upper Town et l’ancien palais du gouverneur Von Puttkammer. La piste d’accès débute à proximité du 21ème bataillon d’infanterie et de la stèle de Bismarck. Buea se trouve à environ 70km de la ville de Douala. Il faut compter 1h30 de route.
L’ascension du Mt Cameroun ne se fait pas seul : des guides expérimentés vous accompagnent tout au long trajet et portent vos affaires lourdes si besoin. Il faut, autant que faire se peut, éviter d’y aller en saison pluvieuse car le chemin y est alors très glissant. J’y suis allée pendant le mois de Juin, début de la saison pluvieuse au Cameroun et je peux vous dire que la descente était très difficile (et rigolote aussi). Nous étions vêtus de tenues de sport amples et étions suffisamment couverts pour éviter de se faire piquer aux jambes ou aux bras. Ce qui n’était pas forcément utile car il y’a peu d’insectes et pas d’animaux dangereux. Nous étions équipés pour chacun d’un sac à dos contenant une grande bouteille d’eau, des serviettes en papier, des plaquettes de chocolat et un sandwich. Chacun d’entre nous disposait d’un guide. De sorte qu’il est possible d’abandonner à n’importe quel niveau du parcours et se faire raccompagner en bas par son guide. Les guides ont leur propres provisions mais ils peuvent si besoin aider les grimpeurs à porter une partie de leurs provisions.

Mt Cameroun_2

L’ascension se fait en plusieurs étapes. Trois refuges ont été aménagés à différents paliers pour permettre aux grimpeurs de se reposer : le premier se trouve à 1875m d’altitude et l’eau de source y est disponible ; le second à 2860m et le dernier est à 3740m. Pour ma part, je n’ai pas fait l’ascension jusqu’au sommet. Étant une sportive moyenne de base (genre je fais un footing ou 2 par semaine), je suis arrivée au premier refuge en 4h de temps. Nous avons pris le départ à 8h et sommes arrivés aux alentours de midi. C’était le temps pour nous de grimper sans forcer, admirer le paysage et prendre des photos. Au cœur de la nature, par un temps doux et frais, entourés d’une flore luxuriante, nous nous émerveillions constamment devant les fleurs aux couleurs chatoyantes, les plantes aux formes bizarroïdes et les arbres massifs centenaires. Il était plus important pour nous de profiter du paysage plutôt que d’arriver au refuge. Les sons apaisants et l’odeur de la terre fraichement mouillée (en saison pluvieuse) sont les meilleurs souvenirs qu’il me reste de cette aventure. Je retiens aussi la grande gentillesse et la fiabilité de nos guides, qui sur le chemin nous instruisaient sur les espèces d’arbres et de plantes, et sur l’histoire du peuple qui vit sur les flancs de la montagne.
Arrivés au premier refuge, nous nous sommes ravitaillés et avons laissé nos traces comme tous les grimpeurs avant de repartir. Sur un grand mur jadis blanc, des centaines de signatures, de dates et de noms figuraient les uns à côté des autres. Nous étions agréablement surpris par la multitude de signatures et surtout par l’ancienneté des dates inscrites. Moi qui croyais que l’ascension du Mt Cameroun n’était pas assez connue comme activité touristique, je découvre que depuis plus de 30 ans, des touristes comme moi la font (je ne compte pas les locaux ni les athlètes de haut niveau). Ce fut une belle découverte qui me donne aujourd’hui envie de parler de mon expérience afin que plus de personnes partent à la rencontre de cette montagne.
Après s’être reposés 2h, nous sommes redescendus au pied de la montagne. La descente a duré environ 3h. Ce fut donc une journée bien remplie.
Il me semble que monter jusqu’au sommet du Mont et en redescendre n’est pas possible en une journée (sauf pour les athlètes de compétition) mais cela doit pouvoir se faire en un weekend voire 3 jours, si l’on marche d’un bon pas. Il faudrait donc prévoir de quoi se ravitailler pendant 2/3 jours. Il semble aussi qu’à mesure qu’on approche du sommet, le paysage est moins boisé et offre beaucoup plus des étendues d’herbes courtes et de terre aride (le feu du volcan est passé par là !). Il fait beaucoup plus froid (entre 0 et 10°C) et selon la saison il peut y avoir beaucoup de vent (40km/h). Des vêtements chauds (bonnets, gants, écharpes, couvertures) sont donc de rigueur, ainsi que tout ce qui pourrait être nécessaire à un minimum de confort personnel.

Mt Cameroun_3

Mt Cameroun_4

Mt Cameroun_5

Mt Cameroun_6


MT Cameroun
Mont-Cameroun7
Mont-Cameroun8

J’espère que mon récit et surtout les photos vous donneront envie de tenter cette aventure.
Bon courage et surtout profitez-en au max !

Elvira Tagny