Il y a quelques mois, je me suis rendue à Mbalmayo au Cameroun pour réaliser des ateliers de design pour enfants au sein de SOS Villages d’enfants (ce que je vous raconterai dans un prochain article). Lors d’un week end off, j’ai découvert la ville avec Christian qui réside à Mbalmayo depuis de nombreuses années et qui connait parfaitement bien la ville. Il est originaire du village d’Akonolinga, sur la route de l’est, en direction de la Centre Afrique. Ce village se situe au bord du fleuve Nyong (que l’on retrouve à Mbalmayo), ils ont donc logiquement développé l’art de la pêche et surtout la technique de la pêche à l’épervier pour le kanga. C’est un poisson issu d’un croisement d’espèce, de chair blanche et d’une taille importante. A Mbalamyo, il y a beaucoup de kanga mais personne ne savait le pêcher… Ils se sont donc exportés! De nombreux pêcheurs sont venus à Mblamayo pour cette raison (et aussi pour d’autres d’ordres économiques). Ils ont développé cette technique à Mbalmayo et règnent comme des maitres sur la pêche du kanga.

J’ai eu la chance de connaître Christian qui est un des leurs…. Un dimanche matin, au levé du soleil nous sommes partis à la rencontre de ces pêcheurs qui font l’attraction de la ville.

Jessica Sagou - Le Kanga le pont 2- Visiter l'Afrique.JPG

Jessica Sagou - Le Kanga Le Nyong 2 - Visiter l'Afrique.JPG

Nous traversons la ville en moto, en direction du pont, nous commençons à les apercevoir au loin, sur les rivages, certains sont déjà debout dans les pirogues, d’autres encore sur les berges. Nous garons la moto, puis descendons à pied jusqu’à eux. Sans Christian, je n’aurais pas pu les rencontrer et passer du temps avec eux. Je fus accueilli comme l’une des leurs, ils étaient très fiers que je m’intéresse à eux et à leur activité. A vrai dire, c’est moi qui était heureuse de les rencontrer, de m’immiscer dans leur quotidien, dans leur activité, découvrir leurs gestes et leur savoir faire.

Je suis restée de nombreuses minutes, au bord de l’eau, à les observer, ce temps était d’une rare paisibilité. J’étais ébahi par tous leurs mouvements silencieux, par leur patiente et par la maitrise de leurs gestes.

Jessica Sagou - Le Kanga le pont Mablamayo - Visiter l'Afrique

Jessica Sagou - Le Kanga attente 2 - Visiter l'Afrique.JPG

Généralement, ils sont deux par pirogues: celui qui est derrière la dirige et celui qui est devant maitrise le lâché du filet. Ils observent tous les deux et durant de très nombreuses minutes l’eau, attentifs aux mouvements du Kanga. Les indices qui les dirigent sont les mouvements du poisson et les moments où il remonte à la surface à la quête d’air, ce qui crée une auréole et des micro bulles qui remontent à la surface. C’est le moment! Le geste est immédiat, franc et assuré. Le filet est lancé et tombe sur l’eau en moins de 2 secondes, rares sont les échecs. Le kanga est dans le filet!

Jessica Sagou - Le Kanga peche 3 - Visiter l'Afrique.JPG

Jessica Sagou - Le Kanga peche 5 - Visiter l'Afrique.JPG

Jessica Sagou - Le Kanga peche 6 - Visiter l'Afrique.JPG

Jessica Sagou - Le Kanga peche 8 - Visiter l'Afrique.JPG

Jessica Sagou - Le Kanga peche 9- Visiter l'Afrique.JPG
C’est tellement magique de les observer, de comprendre leur technique. Ce sont des hommes passionnés, des hommes d’eau. Ils produisent un spectacle pour tous les gens de la ville car c’est un vrai ballet. Mais le moment, le plus intéressant, c’est quand ils reviennent sur la terre avec leur trésors, fiers comme jamais de leur réussite. Vient ensuite le moment du partage. Certains poissons sont déjà réservés par des marchands ou par des restaurateurs. Un kanga se vend entre 5 000 et 10 000 Fcfa. C’est un poisson cher mais qui vaut le prix et les mamans de Mbamayo, le cuisine comme personne!

Jessica Sagou - Le Kanga 3 - Visiter l'Afrique.JPG

Jessica Sagou - Le Kanga - Visiter l'Afrique.JPG

Jessica Sagou - Le Kanga vendeuse - Visiter l'Afrique.JPG

Jessica Sagou - Le Kanga fin - Visiter l'Afrique.JPG
Alors si un jour, vous êtes à Mbalmayo, prenez le temps de regarder ce spectacle sur le pont et réservez votre Kanga, vous m’en direz des nouvelles!

Jessica