L’été dernier, je suis tranquillement entrain de manger mes Pasteis de Nata à Lisbonne quand soudain mon téléphone vibre. Rien d’anormal jusque là, ces petites bêtes vibrent sans arrêt. Je check mon téléphone, il s’agit d’un email de ma mère qui contient un billet aller-retour Paris-Douala. Départ le lendemain de mon Lisbonne-Paris et retour le Matin de Rock-en-seine (que je ne verrai jamais grâce à la courtoisie de Camer-co) Et la je me dis que ma mère écoute vraiment toutes mes inepties. Ce qui me laisse dix jours pour mon séjour au Cameroun, dix jours c’est peu pour voir toute ma famille, visiter et manger (en ce qui concerne le projet « manger » il me semble que j’ai atteint 98% de mes objectifs). Je passe mes premiers jours à Douala entre chez mon père à Bonanjo et chez ma grand-mère marternelle à Bonaberi. puis quelques jours à Yaoundé auprès de ma mère puis retour à Douala pour me rendre en Nkonsamba avec mon père voir ma grand-mère.

 

A Douala mon père m’annonce que le lendemain il ne pourra pas venir avec moi en Nkong, car il a un rendez-vous important mais il s’est arrangé pour que j’effectue mon Road Trip avec Minou le petit frère de ma mère. Je vais donc pour la première fois de ma vie utiliser les transports en commun pour me rendre en Nkonsamba. Me voilà ravie, que ce soit en Normandie ou dans l’Utah j’aime faire les choses comme les locaux.

 

Lendemain matin réveille 5h, rendez vous 6h avec Minou à la gare routière de Bonabéri. Nous réglons les 5000 cfa de notre trajet puis on s’approche de notre bus. Et là je vois un mini bus de 12 places et on est 17 à faire la queue pour monter dedans. Devant mon regard ébahi mon oncle me glisse : « 17 personnes seulement aujourd’hui ?! on est en haut ma fille !!». Nous prenons place, et il n’a pas tord on est un peu sérré mais pas plus qu’aux heures de pointe sur la ligne 13 à paris.

visiterlafrique.com Ngonsamba et Douala (3)

Notre mini-bus fait divers stops dans divers villages sur la route de Nkonsamba. Au lieu des 3h qu’il faut normalement pour atteindre Nkongsamba de Douala on a mis 5h pendant lesquelles j’ai dormi. Mais rassurez-vous j’ai été plus vive à mon retour. Si vous passez un jour près de là, n’hésitez pas à vous promener autour des monts volcaniques qui entourent la ville : Manengouba avec 2 400 mètres, Nlonako et Koupé. Il y a aussi les chutes d’Ekom Nkam et surtout repartez avec un peu de café local car Nkongsamba est réputé pour son café.

visiterlafrique.com chutes Ekom Nkam Cameroun @Jbdodane

@Jbdodane (Flickr)

Les retrouvailles avec ma grand mère fut copieuses drôles et un peu tristes car courtes. Voici mon heure de retour, mon oncle paternel nous dépose à la station de bus mais pas de bus en vu, et personne ne peut nous renseigner sur l’heure du prochain départ. Mon oncle Minou transpirait déjà à l’idée de rater son Ndjoka* du soir à Douala. Mon oncle Valère prend les choses en main et nous mène sur la route qui mène à Douala où on commence à faire du stop. Nous ne sommes pas seuls sur le bord de la route, d’autres personnes tentent leurs chances. Notre initiative n’est pas fructueuse pendant environ 30 mn puis la chance tourne et là, la phrase de mon oncle prend tout son sens : 17 personnes, effectivement ça allait. Je ne peux même pas vous dire combien nous étions, surement autant qu’à aller. Sauf que cette fois ci il y avait beaucoup d’enfants en bas-age. Nous payons notre retour 2000 fca chacun, 1000 francs de moins qu’à l’aller. Un bon plan au petit bonheur la chance…

visiterlafrique.com Ngonsamba et Douala (2)

Dans le mini-bus, il fait chaud les enfants ne tiennent pas en place, le bus fait un bruit d’enfer mais le fait d’avoir qu’une fesse assise, m’empêche de m’assoupir bêtement comme à l’aller. J’admire les paysages, et ils sont magnifiques, tout est vert entre Nkonsamba et Douala. On y trouve des plantations de bananes, d’ananas, et beaucoup de papayers. Sur le chemin comme à l’aller, on s’arrête régulièrement pour laisser des passagers descendre et d’autres monter, l’occasion pour moi d’acheter des snacks aux villageois sur le bord de la route. J’ai tout pris : viande séchée, brochettes, fruits (ce n’était pas la saison de la goyave j’était triste comme un repas sans dessert) bonbon, chocolat, bracelet, kleenex, arachides caramélisés. Je suis vraiment une cliente facile. Une expérience à refaire avec un mini-bus climatisé.

 

Petit-tips : si vous n’aimez pas copiner avec vos voisins de voyage, achetez deux places dans le bus.

visiterlafrique.com Nkonsamba et Douala (1)

@KLO.J (Flickr)

@KLO.J (Flickr)