A Eastleigh ou Isli comme je l’ai souvent entendu prononcé, je cherchais des tissus et j’ai trouvé bien plus. De vrais commerçants aux petits soins, attentifs et souriants.

Sauf la petite vendeuse Ethiopienne. Elle refusait catégoriquement qu’on touche ou déplie les tissus. Enfin, elle a fait son petit cinéma pendant 5-10 minutes jusqu’à ce que la terreur des marchés artisanaux/bestiaux/légumes-vide-greniers-brocantes-bijouteries et même centres commerciaux j’ai nommé ma mère, lui explique un peu c’est quoi la vie.

La demoiselle s’est empressée de déplier chaque coupon et avec le sourire, les prix sont soudainement devenus raisonnables et elle a même essayé de faire une petite blague. Comme on dit en Côte-d’Ivoire on a bien serré nos figures, pas un sourire. Elle a fini par un « merci et revenez me voir » avec une voix chevrotante. On vous avait pourtant prévenu non? Qui s’y frotte s’y pique.

Des sœurs jumelles vendeuses de tissus : l’une parle un peu l’anglais, elle prend les commandes, l’autre s’exécute et gère la caisse. Quand l’une s’absente de la petite boutique, l’autre attend son retour. Aucune commande n’est prise en l’absence de la jumelle. Donc nous aussi, on attend. Un vrai travail d’équipe.
Un tailleur tellement rapide qu’il s’est trompé dans les mesures de mes rideaux.
Du lait de chamelle, doux et rafraichissant.

Des sosies de ma tante de Bamako et d’une de mes cousines qui vit à Dakar, d’un des mes cousins qui est à Conakry…Le grand front aussi? Oui oui. Les joues? Aussi. Non mais et les dents en avant? Ouiiiii ça aussi. La peau lisse, parfois décolorée? Oui. La culotte de cheval. Ben oui. Le charme et la douceur? Oui oui oui. L’oeil séducteur des hommes? Oh que oui. Le côté: « nous sommes les meilleurs, le reste c’est de la merde » hélas, ça aussi. Pour faire court, je trouve que les Somalis et les Toucouleurs se ressemblent. On dirait un peu des Touaregs aussi. Et puis aussi des peuls du Fouta Djalon en Guinée. Et puis…Et puis… Attention, ils avaient raison! On se ressemble tous, nous les Noirs.

Un jus de mangue-avocat trop sucré mais très nourrissant.
De grands foulards pré-noués on les pose comme des chapeaux. C’est bien moches et très souvent dans des matières synthétiques, brillantes. On les voit régulièrement posés sur les grosses perruques des méchantes belles-mères intrigantes dans les films Nollywod. Je ne vous ai pas raconté que je pouvais passer un weekend entier devant ces films nigérians. La qualité est variable. Au moins ils le font, ils écrivent, jouent, filment, distribuent souvent, ça se respecte.

Des agences de voyages pour ceux qui ont le cœur solide. Prêt pour un circuit Mogadiscio-Baido-Kismaayo- Galkaacyo-Mogadiscio?

kenya sur Visiterlafrique.Com - Photos de Saran 3

J’avais lu que « Le secteur d’Eastleigh, le long de Juja Road est, pour reprendre une expression du journaliste Ben Mitukaa, dilapidated. La chaussée est défoncée, les immeubles sont surpeuplés […] L’insécurité y règne la nuit. On appelle ce quartier Small Mogadishu parce qu’il abrite en majorité des Somalis refugiés ou trafiquants. Les toits sont truffés d’antennes paraboliques tournées vers le nord.

On trouve derrière les devantures tous les équipements électroniques. Avec 5000 shillings (60 euros), on peut acheter un fusil AK47, un pistolet Smith&Welton ou un Ceska…» Pierre Cappelaere a tout dit dans l’excellent Kenya Safaris, ethnies et politique. A défaut de pouvoir me rendre dans le pays pour lequel je travaillais, j’avais réussi le temps d’une après-midi à m’immerger dans cette petite portion de Somalie en plein Nairobi.

kenya sur Visiterlafrique.Com - Photos de Saran 4

Saran Koly de Theafricantraveller