Cela faisait quelques années que je voulais visiter la région septentrionale du pays.
Lors de mes précédents voyages, ce désir se heurtait quelque peu aux interrogations de mon entourage :
• mais pourquoi faire ? (euh…)
• mais c’est dangereux (euh…bis),
• parce que les routes ne sont pas bonnes ! (pas forcément faux)

Eh bien, depuis que j’y suis allée, le Nord… c’est un peu comme un autre très beau pays à découvrir à l’intérieur du Bénin. Il y a effectivement quelques différences entre le Nord et le Sud :
• différence de climat : 4 saisons au Sud-Bénin, contre 2 au Nord
• différences de paysages, de faune et de flore : le Sud bénéficie de plus de pluie, la végétation y est plus luxuriante. Le Nord est plutôt un paysage de savane.

Lorsque j’ai découvert qu’il y avait des parcs nationaux au Bénin (Parc du W à la frontière avec le Niger et Parc de la Pendjari à la frontière avec le Burkina) – on parle tant des parcs d’Afrique de l’Est, et très peu de ceux d’Afrique de l’Ouest – j’ai davantage encore eu envie d’aller me faire ma propre idée sur place.

Nous avons donc organisé un petit séjour de 3-4 jours à la Pendjari.

Transport :
Sans voiture adaptée, nous sommes parties de Porto-Novo en bus climatisé de la compagnie ATT.
Si je me souviens bien, cela coûtait 8000 FCFA aller Porto-Novo / Natitingou, et il fallait environ 7-8h pour arriver à destination.
Sur le chemin, nous avons fait 2 « arrêts pipi », et 1 arrêt repas à Bohicon ; où on a pu s’acheter sans souci de quoi manger.
Alors… l’arrêt pipi… C’est dans ce genre de moment que l’on se dit que ça doit quand même être bien pratique d’être un homme !
Le transport en lui-même c’est déjà un voyage. Nous nous sommes retrouvées relativement bien installées dans un bus en compagnie de personnes de tous les milieux. Et on voit défiler le pays. On voit défiler les paysages. Les peuples. Les marchés. On identifie les spécialités de chaque région… avec tous ces changements, on voyage déjà.

A l’arrivée à Natitingou, notre guide nous attendait.

Notre guide, c’était Le guide : Noël Nabogou.

Nous avons passé la première nuit à l’hôtel « Tata Somba » de Natitingou (« Nati » pour les intimes), et le lendemain nous avons pris la route pour le Parc.

On peut visiter le parc seul (sans guide), mais je pense que le mieux est d’être accompagné d’un professionnel. Il saura vous indiquer les meilleurs points de vues, les meilleurs endroits où aller pour voir tel ou tel animal, suivant l’heure de la journée.

Grâce à Noël, nous avons donc pu voir à peu près tous les animaux qu’on pouvait voir dans le Parc : toutes sortes d’antilopes, de singes, d’oiseaux, des hippopotames, des crocodiles, sans oublier les éléphants ! … et les lions !

Ah les éléphants ! … si proches de nous ☺, magnifiques ! Une famille entière. J’ai appris qu’il faut faire plus attention quand il y a un petit dans le groupe, car les adultes ont tendance à le surprotéger. Qu’il n’y a pas de danger lorsque les éléphants lèvent leur trompe, au contraire, ils sont contents !… Par contre lorsqu’un adulte lève la patte… fuyons !
A la fin de la première journée, nous allions rentrer à l’hôtel Pendjari, lorsque Noël a arrêté le 4×4. Et reculé. Puis a crié : « le lion ! » Quoi ? Quoi ? Où ça ? Où ça ? Effectivement, il y avait bien une lionne… Tapie dans les herbes hautes, à l’affût des antilopes. Magnifique ! Deux autres lions n’étaient pas loin.

A l’hôtel, il y avait d’autres groupes de touristes, mais qui, eux, n’avaient pas eu la chance de voir des éléphants d’aussi près, ni de voir de lion.
Je pense qu’il y a une part de chance mais que la qualité du guide joue aussi. Combien de fois Noël s’est arrêté pour nous indiquer des animaux que nous n’avons vu que bien après lui, grâce à ses indications !

Le lendemain, nous avons continué la visite du parc, puis nous avons pris la route du retour vers Nati.
Sur le chemin, nous avons fait une halte rafraîchissante à la cascade de Tanongou, puis nous avons visité les Tata Somba.

Tanongou

Tanongou

 

Les Tata sont un habitat typique du Nord du Bénin, construit un peu comme un petit château fort, qui pouvait (et peut encore), abriter hommes, femmes, vieillards, enfants, animaux et récoltes.

les Tata Somba

 

 

Sur la route nous avons également pu profiter des paysages de l’Atacora (région du Nord-Bénin), voir baobabs, karités et nérés.

De retour à Nati, nous avons visité le musée régional, puis nous sommes allés au marché, ou nous avons trouvé du karité pur (qui est produit au Nord-Bénin). Noël nous a également indiqué où acheter du miel (de baobab, karité, néré), et boire du tchouk. Le tchouk, ou tchoukoutou, est une boisson réalisée à base de mil fermenté.

J’ai apprécié cette escapade au Nord car ce fut comme un voyage dans le voyage. Un séjour court mais déjà bien dépaysant qui m’a fait découvrir un autre Bénin.

 Grâce Monnou