Aéroport de Cotonou – 21h00
Descente de l’avion, et on se sent à la maison : Bonne arrivée ! Comme on dit ici.
Et cette bonne chaleur… celle qui t’enveloppe et qui t’accueille, qui te dit : voilà : tu es chez toi.
Cotonou, c’est la capitale économique du Bénin.
Pour préciser : Cotonou est la capitale économique du Bénin ; Porto-Novo, la capitale administrative. Ou Cotonou la ville qui bouge et qui sature et Porto-Novo la belle endormie… qui je l’espère se réveillera !

Cotonou est effectivement la ville en mouvement, et on s’en rend compte très rapidement.

TRANSPORT
Pour se déplacer, c’est simple : il suffit de prendre un zem (taxi-moto) ; on en trouve partout… Mais genre, vraiment partout !
Le zem, pour quelques centaines de FCFA vous amènera précisément là où vous le souhaitez.
Après avoir négocié la course, montez derrière le kèkènon (conducteur de moto) qui sera « casqué », car c’est obligatoire depuis quelques années (quand on dit casque, il faut laisser libre cours à son imagination hein) ; par contre, je faisais partie des rares passagers à avoir mon casque : faut croire que, derrière, on ne risque rien ! (ou plus prosaïquement que la plupart des gens n’ont pas les moyens de se munir d’un casque). Après avoir, zigzagué dans la circulation cotounoise, brûlé quelques feux et pris quelques rues en sens inverse, vous voici, sain et sauf, à destination !
Il y a bien une tentative de développer des bus de ville, mais pour l’instant les transports en commun dans Cotonou ne rivalisent pas avec le zem.

CHOSES A FAIRE
Se déplacer, c’est bien… Mais pour aller où ?
A mon cours de danse !
Avant de partir, j’avais découvert La Compagnie Multicorps de Marcel Gbeffa. Elle se trouve quartier Patte d’Oie, près de la Place des Martyrs, et non loin de la Fondation Zinsou.
J’ai pu : y prendre mon premier cours de pilates, et surtout prendre des cours de « danses urbaines africaines » et « danse africaine traditionnelle et contemporaine ». Pour moi qui aime la danse afro à la base, ce fût un véritable bonheur. Si vous êtes à Cotonou, please, allez-y !

A mon cours de fon !
En allant faire un tour à l’Institut français, « pour voir », j’ai découvert qu’ils donnaient des cours de fon. Le fon gbe est l’une des langues nationales du Bénin la plus parlée, essentiellement dans le sud. Ni une ni deux, je vais voir pour m’inscrire à un cours de fon avec M. Firmin.

– A Tokpa !
Le marché de Dantokpa (déjà l’objet d’un article sur Visiter l’Afrique) est le plus grand marché d’Afrique de l’Ouest. Voilà. Si vous cherchez quelque chose et que vous ne le trouvez pas là, inutile de chercher ailleurs. Et si vous cherchez quelque chose de particulier, mieux vaut être accompagné (merci Eliane ! voir plus bas).

– Chez le tailleur !
Après avoir choisi vos magnifiques pagnes à Tokpa, n’hésitez pas à aller vous faire faire une tenue sur mesure. Outre le tailleur, j’ai également fait des emplettes chez Nana Wax à Guinkonmey, une boutique de vêtements et accessoires en Wax. Le genre de boutique où quand vous rentrez, vous voulez tout acheter… Sérieusement.

– A la Fondation Zinsou !
Déjà l’objet d’un article sur Visiter l’Afrique également donc je ne m’étendrai pas.
Simplement en résumé, le type de réalisation qu’il faut au Bénin. Quelque chose qui est fait pour durer, avec professionnalisme et perfectionnisme. Pas un bric à brac, non non non.
J’ai également visité le musée de Ouidah : pas de doute, on est dans la même lignée.

– A la plage !
Vers la zone des ambassades, à Fidjrossè, ou encore à Obama Beach (plage privée), si si ! Mais vous êtes au bord de l’Atlantique les cocos, donc gare aux vagues…
Si vous le souhaitez, vous pourrez faire un tour à cheval… Un truc de touriste, oui, et alors ?!

Visiterlafrique.com-Cotonou - Tourisme

OÙ LOGER
Moi qui ne voulais pas loger dans la famille, j’ai choisi de rester « à l’hôtel ».
En fait, d’hôtel : La Guesthouse. La Guest, pour les intimes ! ;). Une belle bâtisse située au centre de Cotonou, dans le quartier Sikècodji. Tenue par Nathalie, aidée par Eliane (la cuisinière), et 2 gardiens. J’ai beaucoup aimé nos discussions (de filles) d’adultes, et la connaissance de Cotonou par l’équipe et par Cédric, le compagnon de Nathalie, m’a beaucoup aidé.

Un endroit où on se sent bien, où on rencontre des gens intéressants, et où on a le choix entre des chambres avec sdb partagée et des appartements (cosy !).

GRAND POPO

Visiterlafrique.com-Grand Popo - Tourisme
Cotonou… c’est bien beau, c’est vivant, ça bouge ! Mais du coup… ça fatigue !
Du coup bah… J’ai décidé de partir en WE ! Où ça ? A Grand Popo.
Grand Popo est une ville du département du Mono, proche du Togo. J’y avais fait un saut il y a 2 ou 3 ans et j’avais adoré. Adoré la plage, belle, vierge de touristes, avec ces pirogues de pêcheurs, si magnifique.
A la Guest, je vois une affiche sur un hôtel de Grand Popo : Le Lion Bar. OK, j’appelle pour réserver.
– Yah !
– euh… Allô ?
– Yah !
– Allô ?
– Allô ?
C’était mon premier contact avec Gildas, le patron du Lion Bar, et rasta man de son état.
Pour arriver à Grand Popo, je prends un taxi depuis la place de l’Etoile Rouge. (Le genre de voiture japonaise dont le compteur est bloqué depuis belle lurette et dans lequel il y a 6 passagers… si si, c’est possible !)
Ensuite un zem, et me voilà chez Gildas. Je me souviendrais toujours de ce moment : je descends du zem, marche vers la plage, tourne la tête, et je vois l’hôtel, direct sur la plage, et 2 rastas assis tranquillement. Un large sourire illumine mon visage : OK, je reste là !
Alors soyons clair, ce n’est pas un hôtel grand luxe, mais ce n’est clairement pas ce qu’on vient chercher ici. Ce qu’on trouve ici, c’est une atmosphère, des chambres sur la plage, un accueil chaleureux, un hôte aux petits soins, le calme, et la beauté de Grand Popo.
Si c’est ce dont vous avez besoin, allez-y sans hésiter.

Grace Monnou

Photos : Mayeul Akpovi