Ouagadougou, appelée au pays Ouaga, est la capitale et plus grande ville du Burkina Faso, avec une population de 1,62 million d’habitants en 2012. C’est le centre culturel, économique et administratif du pays. Les habitants de Ouagadougou sont les Ouagalais.

Le mot à l’origine est « Woogrtenga » et « Wogodogo » et signifie « là où on reçoit des honneurs, du respect »

Localisation : 

La ville est située à peu près au centre du pays, dans la province du Kadiogo.

À environ 300 km au nord, se trouve Gorom-Gorom et les portes du désert, situés tout près du Niger et du Mali.

À environ 200 km au sud, se trouve le pays Gourounsi avec notamment le village de Tiébélé et ses maisons colorées, mais aussi la réserve naturelle de Nazinga. Le Ghana et le Togo sont alors très proches.

Une route part en direction du sud-ouest vers Bobo-Dioulasso.

Enfin, une bonne route de 350 km relie vers l’est Ouagadougou à Fada N’Gourma et le pays Gourmantché et au delà la frontière avec le Niger

Le musée national à Ouagadougou
Ce musée offre une palette d’objets d’art des différentes civilisations du Burkina Faso

Le Palais du Mogho Naba
Situé sur un vaste domaine à Ouagadougou, l’actuel palais, en forme de U ne peut être visité. Il s’y déroule toutefois la cérémonie du  »faut départ » tous les vendredi matin où le public peut y être présent.

La cérémonie du faux départ :
Tous les vendredis matins entre 6h30 et 7h00, le moro-naba, chef traditionnel de l’aristocratie mossi, sort de son palais tout de pourpre vêtu et accompagné de toute la cour, afin de se livrer à la traditionnelle cérémonie du Nabayius Gou (appelée aussi parfois « le faux départ de l’empereur pour la guerre »). La cérémonie a lieu au palais du Moro Naba.

Elle illustre l’histoire du Naaba Warga, souverain mossi du XVIIe siècle, qui, apparu sur son cheval prêt à partir en guerre, changea brusquement d’avis et rentra dans son palais. Cette histoire, apparemment anecdotique, comprend de nombreuses subtilités et pour les burkinabè elle symbolise la lutte de la monarchie mossi pour sa survie.

Les photographies sont interdites au cours de la cérémonie.
Le palais du Mogho Naaba est un lieu incontournable de la ville. Son architecture soudano-sahélienne en fait un bâtiment typiquement ouagalais.

Les villages artisanaux :
Niogsin : quatier des bronziers qui fabriquent à l’aide de la technique de la cire perdue, une variété de statuettes.

Gounghin : la fondation Olorum et le centre féminin d’artisanat constituent les points attrayants.

Le village artisanale de Ouagadougou

Le village du Bronze, face à l’Institut français

Le Parc Urbain Bangr Wéoogo : Poumon vert de la ville où l’on peut se promener, visiter un petit parc animalier, l’écomusée et se détendre.

Nations unies Rome

Bonne visite.

Crédits photo : Karin Lakeman, Göran Höglund