Ce dimanche 1er novembre, j’ai décidé de suivre mon père pour faire du footing avec son groupe de sport « Sport dans ma vie ». C’était exceptionnel bien entendu, car ma motivation était ailleurs ! En effet, l’un des membres de son groupe de sport est le président de l’association Abissa. Il a donc organisé une sortie à Grand Bassam avec le groupe pour nous permettre de faire du footing sur la plage (ce n’était pas facile !) et d’assister à l’ouverture officielle de l’Abissa 2015. Je souhaiterai en quelques lignes vous partager cette dernière expérience, faisons donc un tour à Grand Bassam, sous les cocotiers !

IMG_4683

Grand Bassam est une ville historique du Sud de la Côte d’Ivoire d’où son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est à Grand Bassam que se déroule l’Abissa. Une fête de réjouissance et de critique sociale à la fin de chaque année, plus précisément entre fin octobre et début novembre, chez les N’Zima Kotoko. Elle se déroule pendant deux semaines. Cette année elle a débuté le 24 octobre et prendra fin le 8 novembre. Vous avez donc encore le temps d’y aller ! Comme le dit le président de l’association Abissa, c’est le temps des examens de la vie (analyser sa vie personnelle et communautaire).  Durant ces deux semaines le peuple N’Zima composé de sept familles est à l’honneur. Il y a des spectacles de danses traditionnelles, des chants traditionnels, de la poésie chantée…

Je ne suis pas présente toute la semaine, peut-être que j’aurai l’occasion d’y retourner en fin de semaine. Pour ma part, j’ai assisté ce dimanche à la cérémonie de remise de l’Edo-N’gbolé (tambour) au peuple par le roi. La sortie officielle de ce tambour représente le début d’une semaine de communion avec les sept familles. Ce tambour va rythmer les pas pour que le peuple exprime dans la danse les réussites et les échecs de l’année. Ce tambour a aussi une autre qualité, il entend tout et entendra toutes les critiques durant l’Abissa.

Pendant que les jeunes ramènent le tambour devant le palais royal tout le monde danse au rythme du tambour ! Les jeunes, les enfants, les parents…. Et j’oubliais c’est un peu le « halloween ivoirien » car tout le monde est déguisé. Je n’ai pas pu me déguiser mais j’ai été maquillée par une des nombreuses jeunes filles qui se baladent avec du caolais (je crois que c’est de l’argile). En échange d’une pièce ou d’un billet (pour les plus généreux), elles vous décorent le visage à l’aide d’une fourchette trempée dans la pâte de caolais.

IMG_4654

IMG_4676

Pendant qu’on danse, le roi, la reine mère, le porteur de canne… sortent saluer les invités installés dans le palais royal (je crois qu’il y avait l’ambassadeur de Suisse ce dimanche), puis se rendent après devant le palais royal pour la cérémonie de remise du tambour au peuple par le roi.

FullSizeRender

En fin de semaine le tambour est renversé, on ne le reverra plus que l’année prochaine. Le renversement du tambour signifie chez les N’Zima qu’on pardonne tout et qu’on oublie les querelles, les difficultés de l’année qui vient de s’achever. Le roi dit également que tout ce qui se sème à l’Abissa porte ses fruits, en d’autres termes formuler vos vœux durant l’Abissa, ils se réaliseront. Cette cérémonie de renversement du tambour est suivie d’une cérémonie de purification du peuple. Les touristes et abidjanais se rendent en générale les trois derniers jours à Grand Bassam pour célébrer l’Abissa. Je profite donc de cet article pour vous communiquer le programme des 6, 7, et 8 novembre 2015.

Je tiens à préciser que le titre que j’ai donné à cet article « le halloween ivoirien » m’a traversé l’esprit car tout le monde y était déguisé et cette année la fête coïncidait avec Halloween! Cependant, cette fête n’est pas essentiellement célébrée pour se déguiser.

J’espère que ces quelques lignes et photos vous donneront envie d’y faire un tour. Si vous ne pouvez pas cette année inscrivez-le déjà dans votre agenda 2016 !

IMG_4702

IMG_47013

Nadia Traoré