Dans une société de plus en plus chère, où la Mode tient une place importante, les abidjanais trouvent le moyen de rester FASHION en dépensant peu. Il existe à Abidjan plusieurs endroits comme le marché de Kouté, qui sont visités par toutes les classes sociales.

Marche-de-Koute_5_72dpi_900px

Ouvert les mardis et vendredi, le marché de Kouté est l’un des plus grands marché de friperies de la capitale économique ivoirienne. Il est situé dans la commune de Yopougon, au quartier SIDECI, plus précisément aux alentours de l’église Catholique St Laurent. Ce qui le différencie des autres espaces, c’est le bas prix et la variété de ses articles. Les vêtements vont de 100 F CFA à 10 000 F CFA environ. On peut également discuter les prix pour que tout le monde soit satisfait. Que ce soit des tenues de soirée, des tenues décontractées, des vêtements pour enfants, des accessoires, chaussures,… on y trouve un peu de tout.

Marche-de-koute_3_72dpi_900px

J’y ai récemment fait un tour avec des amis, histoire de « se rincer les yeux* ». Pour des personnes résidentes à Yopougon, ils dépenseront environ 1000 F CFA pour se rendre au marché de Kouté. Soit 100 ou 200 F CFA pour un Gbaka* et 500 F CFA pour un taxi communal (tout dépend de la zone d’habitation). Quant aux autres, il leur suffit d’emprunter un taxi compteur* et négocier 3000 FCFA comme tarif (6000 FCFA aller-retour en fonction de la commune). Une fois arrivé, je remarque que rien n’a changé. Il y a toujours une foule immense composée en majorité de dames. C’est d’ailleurs les plus chanceuses. Les articles féminins sont plus répandus et moins couteux. L’on peut trouver des tops, soutien gorges, chemisiers, accessoires,… entre 100 F CFA et 300 F CFA, des robes, jean, chaussures entre 1000 F CFA et 5000 F CFA (NB: les prix ne sont pas toujours à discuter). Cependant, il est plus difficile de trouver des vêtements hommes à ces prix.

Marche-de-Koute_4_72dpi_900px

« Venez ! Venez ! Mini jupes à 300 F CFA seulement. Venez payer ! » Mon amie se précipite aussitôt vers l’étalage de ce vendeur afin d’être aux premières loges. Ici, la réactivité et le coup d’œil vont de pair. Les vêtements sont étalés ou empilés. On y pratique une technique appelée: « FOUILLER – GAGNER ». Elle consiste à rechercher les vêtements dans une pile de vêtement appelé « balle ». Il faut fouiller, retourner, regarder, scruter,… surtout garder espoir, car les meilleures trouvailles sont souvent le fruit de longues fouilles. L’on assiste parfois à des bagarres quand deux personnes ont repéré le même vêtement. « Ma chérie ça ne te vas pas du tout choisit une autre tenue » disent certaines pour décourager leurs concurrentes. C’est un endroit où avoir du gout et le coup d’œil est très important. Il faut en soi connaitre son style, avoir une idée en tête de ce qu’on vient chercher, définir son budget à l’avance afin de faire de bonnes affaires.

Marche-de-koute_2_72dpi_900px

PS: Si vous avez un petit creu je vous conseille d’acheter du pain sucré ou des beignets auprès des vendeuses ambulantes. Evitez de manger de l’alloco ou de l’attieké car ces aliments ne sont pas bien protégés contre la poussière.



Se rincer les yeux* : faire du lèche vitrine.
Gbaka* : nom attribué aux mini cars.
Taxi compteur* : taxi de couleur rouge circulant dans toutes les communes d’Abidjan.

 

Hermann W. Boni