Et s’il n’y avait pas que le village lacustre sur pilotis de Ganvié dans la vie ?

Demandez à n’importe quel ressortissant d’Afrique de l’Ouest de vous citer un village lacustre sur pilotis situé  dans sa région et vous pouvez être certain qu’il vous répondra, sans hésiter, Ganvié, ce village lacustre du sud du Bénin!On y accède en prenant, à l’embarcadère d’Abomey Calavi de Cotonou la capitale, une barque, motorisée ou non, qui dépose, en moins de 20 minutes de navigation sur le lac Nokoué, ses passagers à l’entrée du village.

 Ses cases en bois bâties sur pilotis et surmontées d’un toit de chaume ainsi que son marché flottant, tenu par les femmes, ont désormais acquis une renommée planétaire.

Ganvié, qui a sa propre école et son centre de santé, vit principalement des revenus de la pêche mais également de ceux générés de plus en plus par le tourisme. D’ailleurs des infrastructures, auberges et restaurants notamment, ont été mises en place pour permettre au touriste d’y séjourner. Pourtant  et contrairement à ce que l’on pourrait penser, Ganvié n’est pas l’unique cité lacustre du Bénin, ni de la sous région.

En effet, les toffinous, hommes de l’eau, se sont également installés dans d’autres villages lacustres, moins connus et plus éloignés des circuits touristiques  actuels à l’instar notamment de celui de So Tchanhoué. Par ailleurs, et en préparant, il y a quelques mois, un séjour dans la région, j’ai également découvert qu’un autre pays d’Afrique de l’ouest abritait aussi un joli village lacustre.

A la découverte de Nzulezo, le village lacustre sur pilotis ghanéen !

 Situé dans la région ouest du Ghana, à mi chemin entre les villes d’ Axim et de Beyin et à une quarantaine de kilomètres de la frontière ivoirienne, le village lacustre de Nzulezo, bâti sur le lac Tendane, dégage un charme incontestable. Pour y accéder j’ai dû, après avoir acheté mon ticket à un bureau touristique situé près du fort de la ville de Beyin, me rendre à pied à un mini embarcadère, non loin de là, où m’attendais la barque qui allait m’emmener à Nzulezo.

Après avoir enfilé un gilet de sauvetage, qui avait semble t’il déjà beaucoup vécu, m’être installée, du mieux que je pouvais dans cette petite pirogue pouvant contenir  6 personnes au maximum, j’étais fin prête pour la traversée d’une heure sur le lac Tendane. Durant cette dernière, je fus d’ailleurs cordialement invitée à ramer ou à écoper l’eau qui s’était introduite de façon insidieuse dans l’embarcation.

La traversée de ce lac immense, dont la flore est d’une beauté à couper le souffle, m’a laissée un souvenir impérissable ! Au bout d’une heure, Nzulezo, cité de pécheurs où se trouvent notamment une école, un bar et plusieurs échoppes bien achalandées, s’offrait enfin à ma vue.

Mais trêve de bavardage, je vous laisse à présent découvrir cette cité lacustre en images !
P1130998 P1130939 P1090298

P1090292 P1090258 P1090250 P1090249

Ivy DohounonJournal d’ un pigeon voyageur