Le Nigeria, pays le plus peuplé du continent africain compte deux sites culturels, classés au patrimoine de l’Unesco en 1999 et en 2005. On vous en dit plus.

 

La Forêt sacrée d’Osun-Oshogbo

 

Il y a un siècle, les bois sacrés abondaient sur les terres des Yorubas : chaque ville avait le sien. À l’heure actuelle, la plupart sont délaissés, ou leur superficie a beaucoup diminué. Mais à 250 kilomètres de Lagos, au cœur d’Oshogbo, capitale de l’État d’Osun fondé il y a quatre siècles dans le sud-ouest du Nigeria, la plus grande forêt sacrée qui ait survécu au passage du temps, Osun-Oshogbo, est encore vénérée de nos jours.

Dense, la Forêt sacrée d’Osun, classée en 2005, est l’une des dernières futaies primaires qui subsistent dans le sud du Nigéria. En son cœur sinuent les méandres de l’Osun, la rivière qui porte le nom de la divinité des cours d’eau, dont elle est la demeure spirituelle. Sous la frondaison, 40 sanctuaires, sculptures et œuvres d’art ont été érigés en l’honneur d’Osun et d’autres divinités yorubas, pour nombre d’entre eux au cours des quatre dernières décennies : on recense deux palais, cinq lieux saints et neuf lieux de culte disposés tout au long des rives de l’Osun, tous avec leurs prêtres ou prêtresses attitrés.

Forêt sacrée d’Osun-Oshogbo

Forêt sacrée d’Osun-Oshogbo

Les nouveaux ouvrages d’art installés dans la Forêt d’Oshogbo en sont la marque distinctive : elle est la seule à abriter une forte proportion de sculptures du XXe siècle, érigées pour renforcer les liens entre les hommes et le panthéon yoruba et témoigner de la manière dont les villes yorubas ont été édifiées et se sont développées au contact des esprits de la forêt.

La restauration de la Forêt par des artistes lui a conféré un regain d’importance : elle est devenue sacrée pour tous les Yorubas qui vivent au Nigeria, et un symbole de son identité pour la diaspora yoruba.

 

Le Paysage culturel de Sukur

 

Sukur est situé dans la région du gouvernement local de Madagali, dans l’État d’Adamawa, le long de la frontière entre le Nigeria et le Cameroun, à environ 290 km de Yola, capitale de l’État d’Adamawa, au nord-est du Nigeria. Il s’agit d’un lieu de peuplement situé sur un plateau, à 1 045 m d’altitude. L’ensemble du site classé en 1999 couvre 1942,50 ha, avec une zone centrale de 764, 40 ha et une zone tampon de 1 178.10 ha. Sukur est un ancien village traditionnel avec une histoire documentée de métallurgie du fer, un commerce florissant et une forte tradition politique qui remonte au 16e siècle.

Le paysage est caractérisé par des cultures en terrasses, des constructions en pierre sèche et des chaussées pavées de pierre. Le paysage en terrasses de Sukur est remarquable, avec sa structure hiérarchique et son mélange d’agriculture intensive et extensive. Il possède en outre des caractéristiques que l’on ne trouve nulle part ailleurs, notamment l’utilisation de voies pavées et la dimension spirituelle des terrasses, avec leurs éléments rituels comme les arbres sacrés.

Paysage culturel de Sukur

Paysage culturel de Sukur

La position vénérée de l’Hidi, chef politique et spirituel de la communauté, est soulignée par le magnifique travail architectural de pierre sèche de son palais, autour duquel on trouve une concentration de sanctuaire, dont certains en céramique. Les villages en contrebas du palais du Hidi possèdent leur propre architecture autochtone caractéristique, notamment des murs en pierre sèche, servant de marqueurs sociaux et d’enclos défensifs, des enclos creusés pour les animaux (essentiellement des taureaux), des silos à grain et des aires de battage.

Les groupes de cases d’habitation sont entourés de petits murs de pierre sèche. Les puits ont une importance économique et sociale considérable. Ce sont des structures enterrées surmontées de structures coniques en pierre et entourées d’un mur de clôture. À l’intérieur, les animaux – bœufs et moutons – sont engraissés soit pour la consommation de la famille, soit comme signe de prestige et symbole de statut, utilisés en cadeaux et en échanges pour les mariages.

 

Retrouvez toutes les expériences de voyage au Nigeria, par ICI