A Alger, il y a un quartier que chaque visiteur se doit de parcourir. Il s’agit de la Casbah et de ses ruelles chargées d’histoires. La vieille cité plonge vers la mer et offre des vues imprenables. D’en haut, la ligne d’horizon disparait parfois et on pourrait croire que les bateaux amarrés dans les eaux algéroises, voguent dans le ciel !

www.visiterlafrique.com casbah algerie (4)

La Casbah, ce sont aussi ses habitants. Quelques riverains historiques, et des familles y sont toujours installés depuis des décennies. Mais il faut rappeler que beaucoup sont parties, que les maisons s’écroulent et que les rues ne sont pas toujours sures. Car la Casbah est un véritable labyrinthe, si on veut en parcourir tous les recoins, mieux vaut y aller avec une personne qui connait le quartier.

La visite débute à l’entrée nord de la Casbah. Si vous n’êtes pas véhiculé, demandez simplement à un taxi de vous emmener à la prison de Serkadji, le point de repère le plus facile. L’établissement est en lui même historique. C’est entre ses murs, construits durant la colonisation française, que de nombreux résistants algériens ont été emprisonnés et guillotinés. A l’époque de l’Algérie française, l’établissement s’appelait « Prison de Barberousse », une statue du fameux corsaire trône d’ailleurs au milieu du rond point juste en face. Pas loin, il y aussi la Maison du Millénaire (ex- Maison du Centenaire) construite en 1930 par les Français pour célébrer le centenaire de la colonisation.

www.visiterlafrique.com casbah algerie (1)

Comme vous pouvez le constater, la description que je vous donne de la Casbah est fortement liée à la colonisation française. La vieille ville a une histoire beaucoup plus ancienne mais je préfère me concentrer sur cette période car en visitant le coeur historique d’Alger, je voulais surtout voir la cache où Ali La Pointe et trois autres résistants algériens se sont réfugiés avant d’être tués par les français en octobre 1957.

L’endroit en question est situé au 5 rue des Abdérames. Ali La Pointe, Hassiba Ben Bouali, Mahmoud Bouhmidi et le Petit Omar, sont à l’intérieur et refuse de se rendre aux forces françaises. Ces dernières finissent par plastifier la maison et l’explosion tue les quatre militants et plusieurs civils, femmes et enfants compris.

www.visiterlafrique.com casbah algerie (6)

Il faut dire que la Casbah entière me fascine depuis que j’ai vu le film, La Bataille d’Alger, que je recommande vivement ! Dans cette production qui date des années 60 (juste après l’indépendance algérienne) on y voit les ruelles et les maisons en noir et blanc. Je voulais mettre des couleurs sur ces images. Durant la guerre d’indépendance, la vieille ville était le bastion de la résistance dans la capitale. Les militants y ont mené la vie dure aux militaires français. Ils ont profité de l’architecture, de leur connaissance des lieux, de la solidarité des habitants pour évoluer dans la clandestinité et préparer leurs actions. Mais revenons à l’époque actuelle… le lieux est classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco mais rien n’y fait, les maisons continuent de s’effondrer les unes après les autres. Malgré les diverses subventions et les actions mises en place par les associations, la vieille ville tombe en ruine lentement et inexorablement.

www.visiterlafrique.com casbah algerie (2)

Grace à mon travail qui m’a permis de faire le tour avec un historien, j’ai pu accéder à pas mal de lieux que le touriste lambda ne verrait probablement pas. Entrons donc dans une maison à l’architecture typique. Si de l’extérieur, les bâtisses paraissent très simples (il n’y pas vraiment de fenêtres qui donnent sur la rue), à l’intérieur le côté traditionnel saute au yeux. Le rez-de-chaussée est généralement occupé par une grande cour intérieure, avec, souvent un point d’eau (puits, fontaine) qui assure la fraicheur et l’approvisionnement des habitants.
Selon la maison et l’importance de la famille, il peut y avoir un ou plusieurs étages agrémentés d’un balconnet, le tout soutenu par des piliers ornés. Comme la maison possède peu d’ouverture sur l’extérieur, la luminosité est assurée par une ouverture au plafond. Les vieilles bâtisses de la Casbah sont peintes à la chaux, une couleur blanche qui se reflète et qui répand la chaleur du soleil. Le spectacle se poursuit sur le toit, une terrasse plate à partir de laquelle la vue sur la mer et la ville d’Alger est à couper le souffle ! Avec cette perspective, on comprend pourquoi des habitants, qui possèdent parfois des maisons dans les nouveaux quartiers de la capitale, ne veulent pas vendre aux promoteurs et autres personnes intéressées !

www.visiterlafrique.com casbah algerie (7)

www.visiterlafrique.com casbah algerie (5)