Oran est une ville portuaire au nord-ouest de l’Algérie. Elle est considérée comme le berceau de la musique raï. Aujourd’hui, Visiter l’Afrique vous invite découvrir
cette ville qui ne vous fera pas regretter Alger la belle.

 

Fort de Santa-Cruz

 

Le fort, construit entre 1577 et 1604, occupe un emplacement stratégique. Les fortifications de l’endroit ont été composées des murs épais et continus de plus de deux kilomètres et demi dans la circonférence, surmontée par de fortes tours espacées entre eux, avec un château central ou une Casbah où le gouverneur espagnol a établi sa résidence. Le fort a été construit avec du fer, du bois, du sable, du citron vert et l’eau portée en haut la colline par l’aérage et des chemins difficiles. Il a été étendu à plusieurs reprises pour renforcer les fortifications en coupant profondément dans la colline, après des attaques ennemies répétées. Il y a une communication souterraine entre tous les forts, les galeries passant au-dessous de la ville montant et descendant les collines. La permission doit être obtenue pour explorer ce passage du Colonel d’Ingénieurs.

 

En contrebas, une petite chapelle fut construite en 1850 après la terrible épidémie de choléra ayant frappé la ville en 1849 mais la petite basilique actuelle a, elle, été bâtie en 1959.

Le musée national Zabana

 

La création d’un musée dans la ville d’Oran est due à Louis Demaëght, archéologue et épigraphiste, qui réunit en 1882 divers objets issus de ses propres collections et répartis en trois sections : la numismatique (13 pièces), les antiquités romaines et africaines (16 pièces), l’histoire naturelle, objets auxquels s’ajoutent dès l’ouverture du musée les deux remarquables mosaïques romaines de Portus magnus déplacées du site dit du « Vieil Arzew » à Bethioua : la grande mosaïque en quatre tableaux, et la petite représentant le Départ de Bacchus vers les Indes1. Plus tard, d’autres sections comme la préhistoire et l’ethnographie, la peinture, la sculpture, l’art graphique et la gravure, furent ajoutées. Face à l’augmentation du fonds, un nouveau local s’imposa bientôt. Édifié en 1933, le bâtiment actuel, situé au 19, boulevard Zabana, est officiellement inauguré le 11 novembre 1935 dans les locaux du palais des beaux-arts et est appelé dans un premier temps « musée Demaëght ». Ce grand bâtiment comprend non seulement le musée, mais aussi la bibliothèque municipale et l’école des beaux-arts d’Oran. En 1963, après l’indépendance de l’Algérie, le musée est placé sous la tutelle de l’Assemblée populaire communale de la ville d’Oran, et ce jusqu’en 1986. Depuis cette date, il est sous la tutelle du ministère de la Culture algérien et a été rebaptisé musée national Zabana en hommage à Ahmed Zabana (1926-1956), combattant de la révolution algérienne

 

Porte de Santon

 

A coté de la mosquée du Pacha, se trouvait l’ancienne demeure de Hassan, marchand de tabac, devenu Bey d’Oran en 1812. Edifiée en 1700, la maison fut restauré en 1900.
le « Palais du Bey » d’Oran fait partie d’un ensemble architectural monumental beaucoup plus vaste que l’on appelle communément le Château Neuf.
C’est dans l’enceinte de ce palais que le Bey Mohamed Ben Othman dit « El-Kebir », s’installa après avoir repris Oran aux Espagnols en 1792.