Élue meilleure blogueuse ivoirienne en 2014 et Meilleur blog francophone africain en 2016 avec son blog Rythmes d’Afrique Racines (RAR), Orphelie Thalmas est une passionnée d’art et de culture très présente sur les réseaux sociaux. C’est tout naturellement qu’elle a participé du 15 au 21 août dernier au Chale Wote, l’un des festivals de street art les plus connus d’accra. Elle nous raconte son expérience.

 

VA. Orphélie Thalmas, la blogueuse mais pas que… Dites nous en plus ?

Je suis une ivoirienne, originaire de Dabou et de Toumodi, respectivement au Sud et au centre de la Côte d’Ivoire. Professionnellement je suis une juriste de formation spécialisée en Droit international public avec pour ambition de m’investir dans la promotion des droits humains. Je suis également blogueuse axée Art et Culture, une activité qui m’a permit de développer des aptitudes en communication digitale puis d’exercer en tant que content manager freelance. Je suis à ce jour Digital manager pour TRACE Côte d’Ivoire.

 

VA. Parlons de votre passion pour l’Art. Que représente pour vous?

Un moyen de s’épanouir, de cultiver une ouverture d’esprit, et d’apprendre. Ce n’est pas juste de l’esthétique, du beau, c’est plus profond que ça. C’est de l’éducation.

www.visiterlafrique.com chale wote accra ghana (2)

VA. Vous avez récemment participé au Chale Wote, le festival de street art à Accra. Comment décririez vous votre expérience?

J’ai en effet pris part au CHALE WOTE STREET du 20 au 21 août. Ça a été une expérience inédite. De la folie et de la diversité à voir en un même lieu ! Les mots qui me viennent en y repensant sont : créativité, talent et convivialité.

 

VA. Quels sont vos deux meilleurs souvenirs du festival?

La parade quasi mystique et scénarisée du « SPIRIT ROBOT » avec Serge Attukwei en gourou plus que crédible. Il y a également le live drawing. Voir une multitude de peintres travailler en direct et en pleine rue était agréable.

www.visiterlafrique.com chale wote accra ghana (1)

VA. Vos coups de coeur?

La musique. C’était essentiellement un mix de High Life, un style typically ghaneen qui mêle musique urbaine et musique traditionnelle (à l’image du CHALE WOTE qui se situe entre tradition et modernité). Mon deuxième coup de cœur va au public présent. Il y avait une belle homogénéité et les looks étaient atypiques et fun.

 

VA. Avez vous pu profiter pour découvrir la capitale Accra. Si oui qu’en avez vous pensé? 

A vrai dire je n’ai pas eu le temps de me balader. J’étais là juste pour le festival. N’empêche j’ai eu le temps de découvrir Accra en 2015 et je serai brêve : « Safe, Clean, Cultural, and expensive ». (Rire)

www.visiterlafrique.com chale wote accra ghana (5)

VA. Quels sont les bons plans que vous pouvez partager avec nous?

J’adore le quartier de Osu. Les restaurants, les clubs, et les lounges sont stylés. J’aime beaucoup le design d’intérieur de ces lieux. Pinnochio et Grazia pas loin de la sixth street sont les lieux que j’ai le plus aimé juste avant Sky lounge dans le quartier de Abelemkpé. Il y a aussi la salle de sport de l’Université de Legon que je fréquentais 2 à 3 fois par semaine. Elle est super équipée et les coachs sont pros et sympas. Par contre vaut mieux rester sur ses gardes avec les coupures intempestives de courant et d’eau. Quoique depuis un mois ça s’est amélioré.

 

VA. Quels sont les lieux/sites touristiques qu’il faut absolument voir à accra?

Les galeries d’Art bien sûr ! (Rires). En tout cas je vous recommande vivement « Artists Alliance », une galerie sur trois niveaux larges et bien remplis. Il y a aussi les plages que j’ai bien aimé. C’est très différent de celles d’Abidjan. Par exemple à Labadi Beach, tu dois payer 10 cidis pour y avoir accès. La configuration aussi est différente. Il y a des sortes de maquis restaurants qui jouent la musique à fond. Les gens s’éclatent. On aurait dit un « spring break ». C’est très amusant.

 

VA. Des choses qui vous ont choqué? ou attisé votre curiosité?

Rien, en dehors des coupures de courant. Ah oui ! C’est plutôt une amie que ça a choqué et je l’ai comprise. Les ghanéens sont capables de te fixer avec insistance quand ils remarquent que tu n’es pas du coin. Ils ne se gênent pas pour te fusiller du regard et parler le Twi tout en t’étudiant de haut en bas. Ça peut rendre paranos. Moi je trouve ça drôle. Elle, elle trouve ça déplacé.

www.visiterlafrique.com chale wote accra ghana (4)

VA. Avez vous goûté à la cuisine ghanéenne?

J’aime beaucoup le fried rice avec sa « sauce brulée » qu’on appelle le Chitô. Mais c’est du fried yam et des kebabs dont j’ai abusé. Par contre je ne suis pas une fan du banku et du wantchee. Trop bourratif.

 

VA. Qu’avez vous ramené dans votre valise?

De mon récent séjour pour le CHALE WOTE, j’ai ramené des images. La vidéo est en plein montage pour être diffusée sur ma chaîne Youtube. En attendant j’ai publié un article sur mon site.

 

Tout savoir sur RAR