Les Africains en général, je crois, ont toujours été impressionnés par l’Ethiopie. Quand on dit Éthiopie, on pense à la bataille d’Adjoua, au roi Ménélik II, au roi Haile Selassié et bien sûr aujourd’hui à sa compagnie aérienne, Ethiopian Airlines. Mon avion a atterri à Addis-Abeba (Addis) un dimanche matin à 7h30. Je voyageais avec Ethiopian Airlines.www.visiterlafrique.com ethiopie ethiopian airlines

À la sortie d’avion, nous sommes montés dans un bus en direction du terminal de l’aéroport. Je passe les formalités de douane (passeport, visa et carnet de vaccination à la main) puis je m’engouffre dans le terminal, direction le carrousel à bagages. Alors que j’attendais tranquillement mes bagages, qui ont mis 1h de temps pour sortir, première coupure de courant ! Pas de panique, le générateur de l’aéroport a pris le relais après une interruption d’environ 1 à 2 minutes. Une fois les bagages récupérés, je me dirige vers la sortie, et cherche le comptoir de mon hôtel. Après avoir demandé à deux comptoirs, je finis par le repérer. Coup de chance, il y avait déjà une touriste chinoise qui était là et qui n’en était pas à sa première fois à Addis. Je lui ai donc demandé comment ça se passe et combien ça coûte.

 

Un monsieur faisant office de chauffeur, nous a emmené jusqu’à un mini-van puis conduit jusqu’à l’hôtel. Je lui ai remis un pourboire puis j’ai continué vers l’accueil. Une fois enregistré, je suis monté dans ma chambre, aidé par un porteur de bagages. Il était enfin temps de se changer, de prendre un petit déjeuner et de dormir. La question de la pauvreté/des mendiants, je ne sais comment l’aborder. Pour avoir visité pas mal de villes, je peux maintenant affirmer que les mendiants, les laissés-pour-compte au bord de la rue, il y en a partout et que c’est un phénomène universel. Je n’irai pas plus loin sur le sujet. Par contre, vous devez savoir que vous en verrez et croiserez lors de votre visite de la capitale, beaucoup moins si vous avez la peau noire, beaucoup plus si vous avez la peau blanche.

 

Le plat national : Injera (crèpe ou galette) qui peut se manger avec plusieurs sauces (doro wot, shiro, tibs, tibs firfir).

www.visiterlafrique.com ethiopie injera

Où loger ?

Les hôtels sont nombreux à Addis Abeba (Hilton, Radisson Blu, Jupiter International). Ils sont situés dans le quartier Kazanchis, le plus proche de l’aéroport. Dans le quartier Bolé, vous avez le Friendship International, Harmony Hotel, Monarch Hotel pour ne citer que ceux-là. Très accueillant et relaxant, mon préféré est sans aucun doute le Monarch Hotel avec sa piscine en plein milieu de la cour d’entrée. C’est un lieu festif où se côtoient pilotes de lignes, hôtesses de l’air, professionnels de divers métiers et bien sûr les locaux. En un mot, c’est un des hôtels où l’ambiance est quasi permanente. Je ne peux conclure cette section sans parler de l’hôtel Sheraton et de son live band show des jeudis soirs. Comme on dit en Afrique de l’Ouest, c’est un autre niveau. C’est un des rendez-vous hebdomadaires incontestables pour la jet set éthiopienne mais aussi pour les visiteurs d’Addis.

 

Que boire ?

Plusieurs bières sont produites par la compagnie nationale : Walia, Bedele, Meta Premium, St-Georges pour ne citer que celles-là. En ce qui concerne l’eau à boire, l’eau minérale la plus populaire s’appelle « Yes ». Il y a également de l’eau gazeuse appelée : « Ambo ». Depuis quelques années maintenant, l’Ethiopie produit également son propre vin : Axumit, Guder, Kemila ou encore Acacia. Ce sont des vins bon marché, pas de très bonne qualité mais qui valent la peine d’être goûtés.

 

Conduire

Il n’y a pas beaucoup de feux de circulation et pour conduire il faut avoir l’expérience ! Au rond-point, la priorité est à gauche ! Vous remarquerez que les piétons pour traverser les routes sont en parfaite synchronisation avec les chauffeurs de taxi ; on aurait dit qu’ils se parlent par télépathie ! Les piétons savent exactement quand foncer, courir pour traverser, quand s’arrêter en plein milieu de la voie et laisser passer deux voitures de part et d’autre avant de continuer leur route. J’ai trouvé cela fascinant. J’ai eu la chance d’assister à la mise en place de l’infrastructure du métro/tramway, une fierté nationale pour l’Ethiopie. Le tramway permet de relier le nord au sud de la ville ainsi que l’Ouest à l’Est. Les centres commerciaux sont nombreux dans la capitale Addis, bien équipés et n’ont rien à envier aux centres commerciaux occidentaux ou presque. On y trouve tout ce dont on a besoin, salon de coiffure pour hommes, femmes, espaces de repos entre amis, espaces pour prendre un verre, différentes sortes de boutiques ; le « GETU commercial center » en est un exemple.www.visiterlafrique.com ethiopie getu commercial center

En ce qui concerne le taxi il faut toujours négocier avant de le prendre. Tout le monde négocie son prix de taxi, mais attention dès qu’on sait que vous êtes un étranger, on appliquera le tarif étranger. Ce qui consiste ni plus ni moins à vous charger deux voire trois fois plus qu’il n’en faut. Alors renseignez-vous bien auprès de connaissances locales pour savoir exactement combien coûte réellement le trajet que vous allez faire et négocier en conséquence avec le taximan. S’il refuse votre proposition et que vous n’êtes pas pressé, laissez couler ! Le même chauffeur de taxi vous rappellera sinon vous en trouverez un autre qui acceptera de vous prendre au prix voulu. Les minibus sont un autre moyen de transport capable d’accommoder jusqu’à 11 personnes. Mais les chauffeurs n’hésitent pas une seconde à les charger à capacité maximale avant de démarrer. De plus, si vous le prenez, soyez à vos affaires comme on dit au Québec ; en d’autres mots, faites très attention aux pickpockets.

 

Visa

Je suis sûr que de par votre ambassade vous avez toute l’information en ce qui concerne l’obtention d’un visa. Quitte à le répéter ici, sachez juste que vous pouvez obtenir votre visa vacances à l’aéroport à l’arrivée, ce qui n’est pas le cas d’un visa business. Dans tous les cas, renseignez-vous bien avant le voyage car le règlement change continuellement. Si vous avez un visa business et qu’il expire alors que vous n’avez pas complété vos activités dans le pays sachez la chose suivante :
– La première fois que vous demandez une extension, vous obtiendrez une prolongation de 1 mois.
– La deuxième fois, vous n’aurez droit qu’à une extension de 15 jours.
– Et si jamais cela vous arrive de demander une troisième fois, on ne vous accordera que 5 jours. Je vous conseille donc de vous arranger pour soit avoir un permis de travail avant votre arrivée ou dans les 30 jours de votre arrivée si vous comptez rester longtemps dans le pays ; en 2015/2016, le pays n’octroyait plus de visa d’affaires de plus d’un mois même si cela peut s’arranger une fois que vous êtes sur le territoire.

www.visiterlafrique.com ethiopie addis abeba

Dollards américains

Si jamais vous devez renouveler votre visa, à coup sûr, on vous demandera de payer en dollars américains. Vous pouvez en obtenir au marché noir ou aller à banque nationale d’Ethiopie (Commercial Bank of Ethiopia) ; une des banques connues est le « circle bank ». Si vous voulez vous éviter des casse-têtes, assurez-vous d’avoir un reçu prouvant que vous avez retiré l’argent (à convertir) d’un guichet de la « Commercial Bank of Ethiopia », une copie du contrat de travail ou n’importe quoi le prouvant. Le guichetier vous demandera ces papiers avant d’accepter de vous échanger l’argent. Si vous voulez retirer quelques centaines de dollars, cela vous prendra 1h pour compléter le processus au complet.

 

Villes intérieures

J’ai eu la chance de visiter deux villes intérieures du pays soit Lalibella et Bahir-Dar. Je vous parlerai ici de Lalibella. C’est une ville ou plutôt un village devrais-je dire très touristique grâce à ses nombreuses églises qui datent du 12e, 13e siècle et dont la plus célèbre est l’église Saint-Georges. Lalibella étant d’abord un village, il y a un marché et qui dit marché dit aussi jours de marché. Il est très animé et vous pouvez tout y acheter pour cuisiner un bon plat éthiopien : injera bien sûr, « bèrbéré » et « mitmita », des piments forts de cuisine, du sel en gros grains, du beurre, des épices de toutes sortes et j’en passe. On y trouve un espace dédié à l’achat et l’essayage de vêtements ainsi qu’un espace dédié à la volaille vivante, mouton, agneau, bœuf etc. Faites un tour dans le marché, si vous en avez l’occasion, vous pourrez constater la diversité des produits offerts.

www.visiterlafrique.com ethiopie lalibela

À Lalibella, il y a les montagnes mais aussi une douzaine d’églises à visiter. Toutes ont été construites il y a plusieurs siècles. La plus célèbre et certainement la plus connue est l’église Saint-Georges dont on dit que ce sont des anges qui ont dessiné le plan et qui l’ont construite durant la nuit. Elle aurait été entièrement taillée dans la roche. L’architecture n’est pas très complexe mais quand on imagine que cela ait pu être accompli il y a près de 10 siècles, on est forcément admiratifs.

www.visiterlafrique.com ethiopie marché lalibella

www.visiterlafrique.com ethiopie eglise saint georges lalibella

www.visiterlafrique.com ethiopie