Aujourd’hui je vous invite à découvrir la chute de Ditinn, située dans la préfecture de Dalaba en plein cœur du Fouta Djalon en Guinée. Au programme un peu de sport, un peu d’aventure et de frissons, une magnifique nature et de belles rencontres.

Cette chute véritable trait d’union entre ciel et terre est certainement l’une des plus hautes, voire la plus haute chute de toute l’Afrique de l’Ouest, avec une hauteur estimée à 80 mètres (100 mètres pour les plus optimistes).
Oui, vraiment impressionnante, surtout en fin de saison des pluies, vers novembre, quand le débit d’eau est au plus fort.
Pour profiter au mieux du spectacle toujours renouvelé, deux options s’offrent à vous : aborder la chute « côté ciel » ou « côté terre » !

 

« Côté ciel », deux méthodes d’approche (au moins..) sont possibles : la tenter en mode trekker, sac au dos et bivouac ou alors, moins sportif, la jouer en mode raider 4×4 (ça reste physique quand même…) sur une journée. A vous de voir.

Depuis Dalaba, en mode trek, il faut compter une bonne journée de marche, l’occasion de découvrir aussi le pont de Dieu (pont naturel en pierre) et sa bambouseraie.
Sinon en mode raid 4×4, en 1h30 vous pouvez rejoindre le dernier village avant la falaise. Au final, la chute ne s’offre pas si facilement, genre chute du Niagara. Non, elle se mérite.
Depuis le dernier village (accessible en 4×4), l’approche finale se fait à pied. Un guide s’avère alors nécessaire pour se repérer dans le dédale de la végétation.
Et c’est parti pour 30 à 45 minutes de marche, en descente vers le bord de la falaise. Quand soudainement l’horizon s’élargit : « ouaouh », la vue est incroyable.

Depuis le bord de la falaise, un 180° sur la vallée de la Ténée et la plaine de Ditinn s’ouvrent devant vous. Mieux qu’un kino-panorama…

La chute n’est plus très loin… Encore quelques mètres, et, et, … la voilà. C’est tout d’abord la rivière que l’on aperçoit et qui semble comme coupée net.
Et finalement au plus près, en s’allongeant sur les rochers (attention aucune protection sur le bord de la falaise…), la chute offre son spectacle avec environ 80 mètres tout en verticalité. Breathtaking !
Et tout en bas, le bassin et les rochers, le « Côté terre » du trait d’union.

« Côté terre » : pour ceux qui ont choisi le mode trekker, depuis le sommet de la chute, le « Côté terre » peut être atteint après une grosse demi-journée supplémentaire de marche. (Pour le bivouac, après la découverte du haut de la chute, pas de problème à proximité du village.)
La nature a bien fait les choses : une ouverture dans la falaise permet de rejoindre la vallée par un sentier, certes escarpé, mais ne nécessitant pas de matériel spécialisé.
La descente est l’occasion de découvrir une nature luxuriante et intacte, parfois surprenante.

Au final, c’est en arrivant dans la vallée que l’on aperçoit enfin le fameux trait d’union, qui coupe la falaise en deux.

Un petit campement a été aménagé à cet endroit par l’association Fouta Trekking Aventure pour ceux qui voudraient passer une nuit sur place. C’est aussi le point de départ du sentier permettant d’accéder au pied de la chute.

Pour les visiteurs en mode raid 4×4, depuis le village au sommet de la chute, le campement est accessible par la piste dite de Ditinn. Il faut d’abord rejoindre le village de Kaala. Puis au croisement avec la piste de Ditinn, prendre vers la droite.
La piste, d’une trentaine de kilomètres jusqu’au campement, n’est pas toujours très bonne mais est vraiment typique des pistes locales, et offre de beaux points de vue.

Sur la fin du parcours, un peu avant le centre de Ditinn, il faut bifurquer vers la droite. Par temps clair, la chute apparaît au loin.
Encore quatre ou cinq kilomètres à travers la brousse et quelques villages peuls, pour enfin pouvoir garer la voiture. Dès lors reste 30 à 45 min de marche pour rejoindre le pied de la chute. Il faut d’abord traverser la rivière Ténée, celle de la chute, puis suivre le chemin qui monte en pente douce.
La chute apparaît par moment mais ne se révèle vraiment que dans les derniers hectomètres. En saison des pluies, le premier contact se fait par les gouttes d’eau projetées par la cataracte. Rafraîchissant !

Au final, le sentier débouche en surplomb sur le bassin et les rochers au pied de la chute.
Mais aussitôt le regard lui, est attiré par le trait d’union. Impossible de ne pas lever la tête pour admirer dans toute sa hauteur la chute de Ditinn.
Magnifique et impressionnante ! Mais difficile à prendre en photo…

Attention la baignade n’est pas surveillée (LOL) sauf peut-être par quelques singes et rapaces. Mais elle est possible dans le bassin formé au pied de la chute et plus particulièrement en saison sèche quand l’eau est plus calme.

Alors vous venez quand ?