Zahra, nous emmène découvrir 3 adresses culinaires pour goûter à la cuisine algérienne.

 

El Jazair

Situé en plein centre ville, El Jazair est une perle bien cachée. Ce petit restaurant à l’entrée étroite se trouve dans une ruelle perpendiculaire à Didouche Mourad, juste avant la Grande Poste. C’est un lieu plutôt intimiste, qui a ouvert il y a quelques mois seulement. Pour entrer dans la salle principale, il faut descendre les petits escaliers. Une fois à l’intérieur, on devine que ce restaurant à une histoire. Les murs sont ornés de céramique et plusieurs piliers sont placés au centre. Le propriétaire explique qu’autrefois il y avait un hammam en lieu et place du restaurant. Bizarrement, à chaque fois que je me suis rendue à Al Jazair, il n’y avait pas foule. Pourtant, le restaurant propose de bons plats traditionnels à un prix très abordable. Sur la carte, il y a tout de sorte d’entrées comme le hmiss et le m’tawem, puis le fameux couscous, la chakhchoukha : un plat de l’est algérien, et des plats typiquement algérois comme la rechta.
Les plats coûtent environ 600 dinars et le service est agréable.

www.visiterlafrique.com alger restaurant (2)

Lalla Mina

Sur la rue Didouche Mourad, il y a aussi le restaurant Lalla Mina, qui est tout simplement magnifique! D’après ce qu’on m’a dit ce lieu était un ancien cabaret bien connu à Alger. A priori, il y aurait eu un meurtre et il a fini par être fermé dans les années 70. Comme toujours, il est difficile d’avoir les détails de ces histoires et on se demande si ce n’est pas qu’une légende urbaine. Derrière une superbe porte en bois, des escaliers permettent d’accéder à une première petite salle puis à un grand espace qui dispose d’une scène et d’un écran. A l’intérieur, plusieurs tables sont disposées. Il y a aussi des banquettes, des poufs et des tables basses sur lesquelles sont posées des plateaux en cuivre (appelé Sni). Il est possible de manger ou bien prendre un thé entre amis. Pour ceux qui fument le restaurant propose également des Chichas et le lieu n’est pas non-fumeurs (comme beaucoup de restaurants en Algérie). Je pense qu’avec le nombre de fumeurs qu’il y dans le monde, si les restaurants interdisaient la pratique, ils perdraient alors beaucoup de clientèle. Lalla Mina propose aussi une carte de plats traditionnels ainsi qu’un panel de grillades de viandes ou de poissons. L’accueil est agréable et quelques fois des spectacles sont organisés dans l’enceinte du restaurant. Au niveau des prix, cela varie selon la période et le choix du consommateur. Les tarifs sont quand même abordables et comme le précédent, les visiteurs peuvent profiter de beaucoup de plats traditionnels. Le lieu est beaucoup fréquenté par les expatriés et étrangers de passage.

www.visiterlafrique.com alger restaurant (1)

Le cercle Taleb Abderrahmane

Toujours situé au centre ville, ce lieu a ouvert il y a quelques mois après des rénovations. Devenu restaurant, il est placé juste à proximité de la station de métro Tafourah, sur le bas de la rue Didouche Mourad, après la place Audin en direction de la Grande Poste. Son décor est très beau, et se compose d’objets traditionnels. J’y suis allée plusieurs fois et les serveurs jouent aussi le jeu en étant parfois vêtus de vêtements traditionnels : une tenue chaoui (de l’est algérien) pour une des dames et un ensemble algérois pour l’un des serveurs. Ce restaurant étatique porte le nom de Taleb Abderrahmane, l’artificier de la bataille d’Alger, exécuté en 1958 par les Français. L’endroit a eu plusieurs vies : durant la colonisation, il s’appelait l’Otomatic et était fréquenté par les ultras de l’OAS (l’Organisation armée secrète, dont les membres militaient violemment pour le maintien de l’Algérie-française). En 1957, une militante de l’Algérie indépendante, prénommée Danielle Minne, y déposera une bombe. Après l’indépendance, c’est devenu un lieu d’échange et de rencontre. Désormais c’est un restaurant qui offre des plats aux prix très abordables.

www.visiterlafrique.com alger restaurant (3)